Euronext Petit rebond du blé, incertitude sur les récoltes

AFP

Les prix du blé rebondissaient légèrement vendredi à la mi-journée, sur fond d'incertitudes quant aux prochaines récoltes.

Les moissons en France devraient rapidement commencer après un léger épisode pluvieux, à la faveur du retour de l'anticyclone sur le pays, a souligné le cabinet Agritel dans une note. « La baisse des rendements en orges d'hiver se confirme, laissant craindre également une baisse des rendements en blé en France, en deçà de la moyenne quinquennale », a ajouté Agritel. 

L'issue de ces moissons inquiète également Marc Bonnet, directeur de la filière CRC (Culture raisonnée contrôlée). Il table, comme d'autres acteurs, sur une quantité « probablement 20 à 25 % inférieure » à celle de l'an dernier, certes exceptionnelle, mais craint surtout des problèmes de qualité pour la panification, de nature à remettre en cause la commercialisation des blés à destination des meuniers. « Si dans les jours et les semaines qui viennent, il y avait de la pluie -elles s'annoncent par endroits-, ça pourrait être vraiment problématique », a déclaré à l'AFP Marc Bonnet, selon qui ce « scénario alarmiste » pourrait affecter l'ensemble des régions, notamment le Centre et le Sud-Ouest.

« Pour l'instant, la qualité est correcte », a toutefois souligné le patron de la filière, qui représente environ 12 % de la collecte de blé destiné à la meunerie. En outre, une « consommation un peu moindre » pendant le confinement « permet d'envisager des mélanges avec des lots de meilleure qualité » pour corriger ces problèmes éventuels. Les blés CRC sont des blés garantis sans insecticide de stockage. À compter de la récolte de 2021, une partie de la récolte sera certifiée « sans résidus de pesticides ». Une évolution toutefois retardée à 2022 en raison de la crise sanitaire, pour une partie des producteurs qui souhaitaient s'engager dans cette démarche, a prévenu Marc Bonnet.

Peu après 13h30 (11h30 GMT) sur Euronext, la tonne de blé tendre était en progression de 75 centimes sur l'échéance de septembre à 181,75 euros, et de 50 centimes sur décembre à 183,25 euros, pour environ 6 700 lots échangés. La tonne de maïs, elle, restait stable, progressant de 25 centimes sur août à 168 euros, et étant inchangée sur novembre à 162,75 euros, pour environ 170 lots échangés.

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les marchés agricoles de Terre-net.fr


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous