; Les lecteurs de Terre-net s'inquiètent de la sécheresse pour 2022

Paroles de lecteurs Sécheresse : pas de miracle attendu ni du ciel, ni de l'État !

Terre-net Média

Comme l'ensemble des agriculteurs, le manque de pluies depuis plusieurs mois préoccupe les lecteurs de Terre-net. Selon eux, la récolte 2022 est déjà foutue côté rendements comme revenus ! Certains proposent de s'en remettre au ciel, en allumant un cierge, plutôt qu'à l'État et ses promesses.

paroles de lecteurs secheresse « Rendement divisé par 2 = chiffre d'affaires divisé par 2. Mais les charges sont toujours là... », fait remarquer Nicolas Bichon. (©Terre-net Média)

« Depuis début janvier, je n'ai eu que 119 mm de pluie. En année normale, c'est le double ! Variété ancienne ou pas, ça décroche... », témoigne Alban Mercier.

Les rendements fondent à vue d'œil

Carlos Decamps, lui aussi, s'inquiète pour « les rendements », qui fondent à vue d'œil.

Même constat chez Teddy Aguillon : « Avec 75 % de pluie en moins depuis octobre », soit seulement « 80 mm depuis le 1er janvier », « les étangs sont au même niveau que fin septembre, c'est ouf ! ». Au niveau des cultures, « on ne pourra pas faire de miracle !, craint-il. Même en semis direct, ce n’est pas brillant. »

Les comptes des agris aussi...

« Et quand tu divises le rendement par 2, tu divises le chiffre d'affaires par 2 mais les charges, elles, sont toujours là... », souligne Nicolas Bichon.

Ce sont encore « les comptes des agris qui seront à sec », alerte Thomas Tessier

« Les assurances ne pourront pas suivre, la course aux quintaux est perdue d'avance ! », estime avenir.

Lire aussi ce Paroles de lecteurs : Selon vous, pourquoi les rendements du blé stagnent ?

Pas une goutte même en Bretagne !

« Il a fallu que j'arrive à 73 ans pour voir des champs de blé arrosés !, lance Alain Lagille. Pourtant, je viens d'une région où l'on fait pousser beaucoup de blé. »

En Vendée, les prévisionnistes « annoncent de la pluie et rien ! », déplore Prisci Bulfon.

Pour la première fois, en 73 ans : des champs de blé arrosés !

Même en Bretagne, pas une goutte « depuis 2 mois » !, fait remarquer Jérémy Le Guellec.

Près de Toulouse en revanche, « le printemps est très très très humide cette année », indique Francki Ki.

Moins de paille aussi

« La terre est tellement dure que », même s'il pleut, « l'eau ruisselle au lieu de s'infiltrer. Et après, on se demande pourquoi il y a autant d'inondations... », constate Vincent Lievin.

Quant à la possibilité de cultiver les jachères, « sans eau, ça ne poussera pas » de toutes façons !, rétorque Pierre Mischler.

À part allumer un cierge...

« Moins de paille » en perspective également, ajoute Laëtitia Cailleau.

« Quand il ne pleut pas pendant plusieurs semaines et qu'on ne peut pas irriguer, mise à part allumer un cierge... », ironise Fabien Augier.

céréalier sur le même ton : « La Porsche que je voulais acheter cette année n'est plus à l'ordre du jour... »

De la qualité et moins de maladies ?

Claude Locard se montre plus optimiste : « Les années de sécheresse ne sont pas les plus mauvaises, peut-être un peu moins de rendement certes, mais de la qualité et surtout moins de maladies, donc moins de traitements phytos. »

Philippe Durieux n'est pas de cet avis. Il n'a « jamais vu autant de rouille que cette année même avec 3 mois sans pluie ».

Jamais vu autant de rouille pourtant !

« Pareil dans le 29 », confirme Ronan Noella Pérennou.

Même chose « dans le 41, y compris sur les variétés dites tolérantes  », appuie Nicolas Michel.

« Au moins, on économisera des engrais, avec la sécheresse, ça ne sert à rien d'en mettre », conclut Jean-Pierre Sallaud.

Les cours vont continuer de grimper

Selon Nicolas Mauguit, avec « les 30-40 quintaux de moins, annoncés dans certaines régions, à cause de la sécheresse, les cours des grains vont encore bondir ». 

Landry Tretout est d'accord avec @Nicolas Mauguit : « Les rendements des cultures vont être mauvais sur l'ensemble de la planète. Le maïs aussi atteindra bientôt 400 €/t. »

Voir les perspectives pour le marché du blé tendre : Coup de chaud et conflit, le cocktail qui soutient le cours du blé

« Nos concitoyens devraient également s'inquiéter »

« Nos concitoyens devraient s'inquiéter aussi du manque de pluie », avance Anna Gégé. Car sans pluie, pas d'alimentation !

« Malheureusement, ils ne comprendront que lorsque les rayons seront vides... », regrette Vincent Beaulaton.

Ils comprendront quand les rayons seront vides...

« Et pendant que les agriculteurs souffrent de la sécheresse, les particuliers changent l'eau de leur piscine », les golfs arrosent leur terrain, etc., poursuit Jmarc. « Il est chez qui le gaspillage ? », interroge-t-il.

L'État ne laissera pas tomber les agriculteurs ??

Enfin, vis-à-vis de Jean Castex, qui a promis que le gouvernement « ne laissera pas tomber les agriculteurs » victimes de la sécheresse, Florian Hary pense « qu'il y a bien longtemps qu’il l'a fait ».

« Des paroles en l'air », juge également Éric Letinois.

Mickael Saussereau est lui aussi dubitatif : « Alors si le gouvernement promet, nous somme sauvés... »

Déjà qu'il dégage les anti-bassines !

« Nous soutenir, ce serait déjà d'aller dégager tous les abrutis qui sont contre les bassins d'irrigation », suggère Lucas Michot.

« Ici, on a de l'eau l'hiver, une richesse qu'on laisse filer à cause d'une certaine caste de bisounours... », enchaîne Éric Gt qui demande : « Les anti-bassines, anti-tout et autres kmers verts, ils en disent quoi ? De planter des cactus ?! »


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous

Terre-net Média