Paroles de lecteurs Agression d'agriculteur : jusqu'où va aller l'agribashing ?

Terre-net Média

L'agression d'un producteur dans l'Ain, alors qu'il traitait son champ contre les mauvaises herbes, a été fortement relayée sur les réseaux sociaux et très commentée par les lecteurs de Terre-net. Beaucoup sont indignés et voient dans cet acte un durcissement inquiétant de l'agribashing, d'autres critiquent les pratiques de certains agriculteurs qui pulvérisent des produits phytosanitaires le week-end en plein vent.

paroles de lecteurs agression d un agriculteur dans l ain « Si les riverains sont chez eux dans leur maison, l'agriculteur l'est aussi dans sa parcelle. S'il respecte les règles (vent, homologation...), il n'y a aucune raison qu'il ne puisse pas traiter », juge Maxens. (©Terre-net Média) 

Tlecomte : «  On vit dans un monde de fou !! Et ce sera de pire en pire... »

pat25 : « Après les attaques des vegans, c'est au tour des antiphytos. Par pitié, laissez les paysans faire leur travail ! »

Des messages de soutien

philippe45 : « Ceux qui bossent se font agresser, ça devient une habitude ! Les pompiers, les infirmières et maintenant les agriculteurs, des métiers indispensables à la population... (...) »

NH 17 : « Il va falloir mettre une grosse clé à molette dans la cabine, pour pouvoir se défendre au cas où. Plus sérieusement, les agressions de paysans risquent malheureusement de se reproduire de plus en plus. On peut dire merci aux médias grand public... »

Et craintes que cela se reproduise

near02230 : « Bon courage à ce collègue. Pour moi aussi, ce n'est que le début de l'agribashing, si ce gouvernement pourri ne réagit pas. À quoi bon accabler cet homme qui faisait son travail ! Tant mieux pour ceux qui ont la chance d'arriver à traiter uniquement en semaine. Qu'ils m'expliquent comment ils font lorsque les plages de traitement sont courtes et que les bonnes conditions ne se produisent que le weekend ! (...) »

Marius : « Soutien à notre collègue. Que la justice fasse son travail. Mais beaucoup de juges sont des bobos écolos engagés. (...) De plus, la météo n'a aucun effet sur leur activité puisqu'ils sont planqués derrière leur bureau. »

« Traiter un dimanche, c'est chercher les embrouilles »

Fred85 : « Traiter un dimanche, c’est chercher les embrouilles. vu le nombre de promeneurs. C’est de la provocation. Chez moi, le pulvé ne sort jamais le week-end, la semaine est assez longue comme ça. »

question : « Qui a eu le plus mal ? Celui qui s'est pris un coup ou celui qui a été gazé ? Bref, les deux sont en faute et mériteraient une prune, celui qui pollue et celui qui l'a frappé. »

abeille : « Les traitements, faut les faire dans le champs et quand il y a du vent, faut laisser le pulvé à la maison. Pulvériser à côté des habitations est criminel, la chimie intensive provoque bien trop de dégâts. On ne peut pas faire n'importe quoi avec des produits nocifs, surtout quand le vent souffle (...) et quand on sait que d'autres solutions existent. »

Baldin : « Et balancer du produit dans les talus, fossés et chemins en bordure de champ, n'est-ce pas criminel ? (...) De toute façon, de nombreux chemins ont disparu à cause des agriculteurs. Combien les défoncent avec leurs tracteurs et refusent de les remettre en état après ? » (S'ensuit alors une longue digression sur les exploitants agricoles qui détruisent les chemins ou, au contraire, sont les seuls à les entretenir alors que beaucoup d'autres les utilisent, NDLR) 

N.B. : un certain nombre de commentaires anti phytos ont été postés sous l'article, preuve que l'agribashing est une réalité qui sévit partout.

« On fait ce qu'on peut, pas ce qu'on veut » avec la météo !

meteo : « Quand il pleut toute la semaine, ou qu'il y a trop de vent et que seul le week-end est propice aux traitements phytos, tu fais comment ? Ce que tu peux, pas ce que tu veux ! On est dépendant de la météo au cas ou tu ne l'aurais pas remarqué... »

Pipo : « C'est marrant, ça ne dérange aucun bobo en vacances dans le sud quand toute une flotte d'hélicos déverse sa sauce contre les moustiques ! »

Fred85 : « Quoi qu'il en soit, toutes zones non traitées autour des habitations deviendront des jachères et des broussailles. Et le bobo écolo râlera encore car ça lui gâchera la vue et polluera son terrain de mauvaises herbes. Enfin, il pourra toujours les fumer ou se faire une bonne tisane... »

Maxens : « La bineuse, c'est bien, mais elle n'est pas efficace dans toutes les conditions (météo) et bouffe du fioul, donc pollue. Bref, ce n'est pas la solution miracle et cela ne remplacera jamais totalement le pulvé. La meilleure alternative à la chimie reste l'arrachage à la main... ou à la binette. Difficile toutefois de trouver des volontaires pour ce travail hyper passionnant et des revenus pour les payer. » (S'engage alors un vaste débat sur l'intérêt pour les uns et l'illogisme pour les autres d'utiliser la bineuse, NDLR)

Maxens reprend : « Si je vois un néorural qui, en toute connaissance de cause, vient construire au pied d'une parcelle agricole, je n'hésiterais pas à pulvériser sous son nez. C'est trop facile de se plaindre après à l'agriculteur, et de l'empêcher de travailler, alors qu'il savait très bien qu'il s'installait au milieu des champs ! (...) À lui de prendre ses responsabilités... Si les riverains sont chez eux dans leur maison, l'agriculteur l'est aussi dans sa parcelle. S'il respecte les règles (vent, homologation...), il n'y a aucune raison qu'il ne puisse pas traiter. De l'autre côté, beaucoup de riverains prennent les champs et les chemins ruraux pour des dépotoirs. Là l'environnement ne les gène pas trop... »

Une belle conclusion

le cheval de devant : « J'adresse tout mon soutien à cet agriculteur agressé. Je condamne par ailleurs cette cacophonie de cour d'école entre les pro et anti phytos. L'agriculture française se trouve à un tournant de son évolution. J'ai une grande confiance en tous les agriculteurs, qu'ils soient en bio ou conventionnel. Je pense que si notre agriculture a un avenir, ce sera grâce à la ténacité et au courage de ces hommes et de ces femmes qui font tous un travail remarquable. On réalise parfois que quelqu'un nous manque quand il n'est plus là, ne n'oublions pas. »

Sur Facebook aussi, l'article a suscité de nombreux commentaires. En voici un extrait :

post facebook agriculteur agresse dans l ain1 (©Page Facebook de Terre-net) 

post facebook agriculteur agresse dans l ain2 (©Page Facebook de Terre-net) 


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous