Témoignages d'agriculteurs Analyser l'hétérogénéité intra-parcellaire pour intervenir plus efficiemment

Terre-net Média

Consistant à moduler les interventions culturales et les doses d'intrants en fonction des zones d'hétérogénéité intra-parcellaire, l'agriculture de précision contribue à une agriculture plus performante et plus respectueuse de l'environnement. Créée en 2016, la société be Api fournit les moyens techniques aux coopératives agricoles, qui accompagnent un millier d'agriculteurs sur le terrain dans ces démarches. Trois agriculteurs de l'est de la France témoignent de leurs expériences.

De gauche à droite : Patrice Brisson, directeur général adjoint de la coopérative EMC2, Yves Beudy, directeur appro de la coopérative Cal, Benoît Kennel, agriculteur en Moselle, Benoît Mallinger, agriculteur en Haute-Marne, Aurélien Bourgeois, chef de projet agriculture de précision EMC2 et Guillaume Canard, animation be Api pour la région EstDe gauche à droite : Patrice Brisson, directeur général adjoint de la coopérative EMC2, Yves Beudy, directeur appro de la coopérative Cal, Benoît Kennel, agriculteur en Moselle, Benoît Mallinger, agriculteur en Haute-Marne, Aurélien Bourgeois, chef de projet agriculture de précision EMC2 et Guillaume Canard, animateur be Api pour la région Est. (©Terre-net Média)

La plupart des parcelles agricoles étant hétérogènes par nature, l'agriculture de précision permet de « s'adapter à cette réalité et ainsi d'apporter la bonne dose au bon endroit », explique Thierry Darbin, directeur de be Api. Pour cela, l'entreprise, créée en 2016, fournit, aux 33 coopératives de son réseau, les moyens techniques afin d'accompagner les agriculteurs dans ces démarches. En tout, ce sont près de 150 000 ha et 1 000 agriculteurs engagés aujourd'hui en technique be Api en France.

« À partir d'un diagnostic intra-parcellaire complet (analyses de terre, conductivité des sols, historique, traitement de données...), l'agriculteur peut obtenir un conseil personnalisé, établi et validé en lien avec son conseiller, pour moduler la fertilisation de fond et azotée, les densités de semis de ses cultures, etc », présente Aurélien Bourgeois, chef de projet agriculture de précision chez EMC2.  Les intérêts sont nombreux : « meilleure précision dans le travail, économies d'intrants, réduction de l'impact environnemental.. », poursuit Yves Beudy, directeur approvisionnements de la coopérative agricole lorraine (Cal). La modulation intra-parcellaire « permet une meilleure efficience des interventions et ainsi de niveler vers le haut le rendement des parcelles », ajoute Benoît Kennel, agriculteur à Buhl (Lorraine), engagé en agriculture de précision depuis 2012.

Pour aller plus loin, be Api étoffe son offre de services avec trois nouveautés :

- be Api-semis : l'idée est de moduler la densité de semis des cultures « sur la base d'une spatialisation et d'un diagnostic précis des potentiels de production d'une parcelle ».

- be Api-azote SP : ce service de modulation des apports d'azote basé sur le potentiel de la parcelle « se dote d'une couche d'information supplémentaire : l'état de développement de la culture en saison (la biomasse) ». Ce couplage, effectif pour le moment sur colza, « permet d'actualiser les conseils prévisionnel de doses en intégrant les conditions de l'année pour s'adapter aux besoins réels de la culture, anticiper les quantités à épandre et ne plus avoir à gérer des fonds de cuve ».

- be Api-rendement : « cette solution, qui consiste à traiter et à cartographier les données des capteurs de rendement, constitue un révélateur de l'hétérogénéité d'une parcelle pour les agriculteurs qui ne sont pas encore entrés dans une démarche d'agriculture de précision ». Ensuite, elle représente un « outil de suivi dans le temps de l'évolution de la variabilité intra-parcellaire des rendements et donc de l'impact de la modulation des intrants sur l'homogénéisation de la parcelle ».


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous