[En vidéo] Semis de tournesol Gilles vk teste le strip-till pour préparer ses sols

Terre-net Média

Cette campagne, Gilles vk agriculteur du Loiret, teste le strip-till pour l'implantation de ses tournesols. Pour rappel, cette technique consiste à ne travailler que les futurs rangs de semis.

« L'objectif du strip-till est de favoriser le démarrage de la culture par la création de terre fine, assurant une croissance racinaire satisfaisante, tout en laissant une bande de semis propre, précise Arvalis-Institut du végétal. À côté de ces rangs travaillés, les inter-rangs sont peu ou pas travaillés, ce qui va conduire à une moindre battance, une moindre érosion, une meilleure portance et un meilleur maintien de l’eau dans le sol ». « En créant un lit de semence comparable à celui d’un travail conventionnel sur le rang tout en laissant les résidus en surface entre les rangs, on conserve au maximum les avantages du semis direct et on sécurise l’implantation de la culture », selon Sly France.

Agriculteur dans le Loiret, Gilles vk se lance dans le strip-till, cette campagne, pour semer ses tournesols. Il a emprunté le strip-till de sa Cuma, qu'il a réglé avec 50 cm d'écartement. Cet outil est composé « de disques ouvreurs légèrement crénelés, pour découper la végétation, de chasse-débris rotatifs, pour nettoyer la future ligne de semis, de dents pour le travail du sol en profondeur (environ 15 cm), et de rouleaux pour refermer le tout », décrit l'agriculteur dans une vidéo sur sa chaîne Youtube.

Cliquez sur le curseur pour lancer la vidéo.

L'agriculteur est assez content du résultat : « cela permet de réchauffer la terre sur la future ligne de semis » pour semer deux ou trois semaines plus tard. Le travail a été rappuyé par un passage de rouleaux.

Dans le nord de la Seine-et-Marne, Alexis Bénard, chef de culture, est également convaincu par cette technique, qu'il utilise pour le maïs grain mais aussi le colza et les betteraves. Parmi les bénéfices observés : « une vie du sol améliorée et une économie de carburant ». Selon lui, cette technique s'adapte « à tous les types de sols. Les couverts végétaux sont toutefois très importants dans ce système : ils permettent de structurer la ligne de semis ». L'année dernière, l’agriculteur estimait avoir trouvé le mélange adéquat avec avoine, radis, féverole, moutarde et phacélie.

Retrouvez le témoignage complet d'Alexis Bénard > [Témoignages d'agriculteurs] - Avant le semis de maïs ou en combiné, le strip-till se développe


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous