L'actu de Terres Inovia La sécheresse pénalise fortement l'implantation des colzas

Terre-net Média

Les conditions climatiques sèches impactent fortement l'implantation des colzas chez de nombreux agriculteurs, notamment dans le nord et l'est de la France. Ayant reçu plus d'eau, les semis les plus précoces semblent tout de même s'en sortir mieux. Terres Inovia revient sur les règles de décision à prendre dans un contexte climatique si incertain.

ColzaLa situation actuelle des colzas est très hétérogène au sein d'un même département, en fonction des précipitations reçues. (©Terre-net Média)

La situation des colzas est globalement mauvaise pour ce début de campagne, notamment dans le nord et l'est. Elle est également difficile à appréhender du fait d’un étalement important des dates de semis et d’une grande hétérogénéité de la pluviométrie selon les secteurs et les passages orageux.

Les semis les plus précoces s’en sortent souvent mieux car ils ont reçu un peu plus d’eau que les semis plus tardifs. De plus, sur semis précoce, les implantations sans labour (type semis direct) présentent un taux de réussite correct même si cela reste conditionné par la pluviométrie reçue. Ces techniques préservent la fraîcheur du sol et sont favorables aux levées. Dans ces situations, on observe des colzas à 6 feuilles et plus (BBCH 16 mini). La situation des semis postérieurs à la mi-août est plus hétérogène, là encore en lien avec la répartition de la pluviométrie très variable. Les semis ont été très échelonnés avec des vagues de semis à chaque annonce de pluviométrie. Les stades sont très variables, de 4 feuilles à non levé.

Cumul de pluies avant et après le 14/08/2018Cumul de pluies avant et après le 14/08/2018. (©Terres Inovia)

Dans l’ensemble, les surfaces de colza semées sont en net repli

À la baisse prévue des intentions de semis se sont rajoutées les conditions très sèches qui ont découragé des producteurs à semer du colza. Dans les secteurs les plus impactés, comme la Bourgogne et l’Alsace, l’estimation de la baisse des semis atteint - 50 à - 60 %. Sur les autres secteurs, la baisse des semis est limitée : en Lorraine, Champagne-Ardenne, Hauts de France et Franche-Comté, elle serait selon les secteurs de – 5 à – 10 %.

Les surfaces levées à ce jour sont très variables

Au sein d’un même département, on rencontre des secteurs sans problème de levée, alors que d’autres sont entre 0 et 30 % de parcelles levées. Bien sûr, la pluviométrie explique une grande partie de cette situation, mais parmi les facteurs de réussite, on note les dates de semis précoces et l’utilisation de semoirs monograine. Les précédents ont aussi eu un impact important sur la qualité de levée : les précédents de blé ou d’orge d’hiver se révèlent nettement plus favorables que l’orge de printemps par exemple.

La situation est alarmante surtout dans les sols argileux : absence de levée avec des graines germées et desséchées et des colzas qui « patinent » voire flétrissent. Dans les parcelles levées, le peuplement présente souvent un caractère hétérogène aussi bien en inter-parcellaire qu’en intra-parcellaire. Les parcelles sont majoritairement au stade 2-3 feuilles. Des resemis ont eu lieu mais les conditions sèches qui perdurent continuent d’inquiéter. Des colzas levés pourraient disparaître du fait du manque d’eau si les pluies tardent à revenir.

Règle de décision sur le court terme

Dans un contexte climatique très hétérogène, il n’est pas toujours facile de prendre une décision. Quatre situations sont aujourd’hui possibles :

Règles de décision sur le court terme Règles de décision sur le court terme en fonction des situations (©Terres Inovia)

Jusqu’à quand peut-on raisonnablement semer ?

Les dates optimales de semis, qui se prolongent jusqu’au 05-10 septembre, permettent une bonne implantation du colza 8 années sur 10. Toutefois, semer du colza après cette date est possible pendant encore plusieurs jours. Des expériences passées et des simulations par modèles de besoins en températures nous montrent que des levées de début octobre peuvent encore atteindre un développement suffisant pour passer l’hiver si le climat n’est pas trop rude.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous