L'actu de Terres Inovia Tournesol sur tournesol : une pratique exceptionnelle

Terre-net Média

En règle générale, Terres Inovia déconseille fortement d’implanter un tournesol dans cette situation en raison du risque mildiou notamment. Le mildiou nécessite une gestion agronomique sur le long terme basée sur deux principes importants : la rotation pour maintenir le plus bas possible l’inoculum, et la gestion sur le long terme de la pérennité des variétés résistantes.

TournesolQuelques précautions sont à prendre en cas de culture de tournesol deux années consécutives dans une même parcelle. (©Terre-net Média)

Que faire à la place d'un blé non implanté derrière un tournesol à ce jour ? Selon Terres Inovia, la culture de tournesol deux années consécutives sur la même parcelle est envisageable, mais reste à pratiquer exceptionnellement (choix très limité d’assolement, type hiver 2019) et dans des parcelles qui n’ont pas connu de problèmes de mildiou auparavant (symptômes : tournesols nanifiés avec des capitules dressés vers le ciel en cours de culture ou à la récolte, marqueur d’une suspicion importante de présence de mildiou).

Il faut ensuite prendre soin de choisir une variété différente de celle de l’année précédente (votre distributeur peut vous renseigner. Autre solution, changer la source génétique parmi les nombreux semenciers). Il est par la suite fortement recommandé, afin d’assurer un bon état sanitaire de la parcelle, de ne pas revenir avec du tournesol les deux années suivantes. L’effet de ce « vide sanitaire » a été démontré à maintes reprise dans des expérimentations. Le recours au traitement de semences Apron XL reste de mise.

Le statut du mildiou évolue. C’est désormais un organisme réglementé non de quarantaine. Qu’est-ce que ça change ?

Avec l’entrée en vigueur le 14 décembre 2019 d’un nouveau règlement relatif à la santé des végétaux, (règlement UE/2016/2031), le statut du mildiou du tournesol change. Cet organisme devient un organisme réglementé non de quarantaine (ORNQ).

Pour le tournesol de consommation, les arrêtés « mildiou » du 9 novembre 2005 et du 23 mars 2011 relatifs à la lutte contre le mildiou du tournesol seront prochainement abrogés. La déclaration des fortes attaques de mildiou auprès des SRAL ne sera plus obligatoire mais une lutte intégrant l’ensemble des moyens prophylactiques, agronomiques et génétiques reste très fortement recommandée pour assurer une gestion durable du mildiou sur notre territoire. Le resemis d’un tournesol relève désormais du bon sens (voir précédemment).

Pour la production de semences, les obligations pour éviter la dissémination du mildiou par la semence sont maintenues et un passeport végétal qui certifiera l'application de ces mesures sera délivré par délégation de la DGAl au GNIS- SOC.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous