Maladies du blé tendre Un risque piétin verse moyen à élevé dans plusieurs régions

Terre-net Média

Les importants cumuls de précipitations durant l’automne et l’hiver ont été favorables aux contaminations des tiges de blé tendre par le piétin verse. Arvalis-Institut du végétal recommande donc de bien évaluer le risque à la parcelle.

Piétin-verseIl est important d'évaluer le risque piétin-verse à la parcelle. (©Terre-net Média)

Entre de forts cumuls de précipitations et une douceur qui perdure, les conditions climatiques de cet hiver se montrent favorables au développement du piétin-verse sur blé tendre. Le risque climatique n'est toutefois pas « le seul à prendre en compte pour réaliser un bon diagnostic : une évaluation agronomique de la situation est tout aussi indispensable », rappelle Arvalis-Institut du végétal.

Certains leviers agronomiques contribuent notamment à atténuer le risque maladie comme « éviter un retour trop fréquent et les semis trop précoces ».

« La résistance variétale plus efficace que les meilleures protections fongicides »

Dans la situation à risques, l'institut technique recommande de « choisir des variétés résistances ou peu sensibles au piétin-verse, c'est-à-dire avec une note Geves supérieure ou égale à 5. « La résistance variétale est plus efficace que les meilleures protections fongicides », précisent les experts Arvalis.

Échelle de résistance des variétés de blé tendre au piétin-verse 2019-2020Échelle de résistance des variétés de blé tendre au piétin-verse 2019-2020 (©Arvalis-Institut du végétal)

« Traiter en dernier recours »

« Les variétés avec des notes de sensibilité Geves de 5 et plus ne justifient pas de traitement », ajoute l'institut technique. Pour les autres variétés, il faut « s'appuyer sur la grille d'évaluation du risque piétin-verse, tenir compte de l'historique de la parcelle et observer soigneusement les tiges avant d'envisager tout traitement ».

>> Retrouvez plus d'infos pour reconnaître les symptômes de piétin-verse

« S’il s’avère nécessaire, il doit être appliqué entre le stade épi 1 cm et avant le stade 2 nœuds. Au-delà de ce stade, le recouvrement par les feuilles ne permet plus au produit d’atteindre la tige. »

Grille d'évaluation du risque piétin-verse sur blé tendreGrille d'évaluation du risque piétin-verse sur blé tendre (©Arvalis-Institut du végétal)

Les parcelles en risque moyen (selon la grille) doivent faire l'objet d'observations régulières à partir du stade épi 1 cm. C'est « l'apparition de symptômes sur les tiges entre épi 1 cm et 1 nœud qui va dicter le besoin de protéger la parcelle ou non. À partir de 40 tiges (maîtres-brins) prélevées au hasard dans la parcelle, on peut déterminer des seuils d'intervention :

  • Si moins de 10 % de tiges sont atteintes (3 tiges ou moins sur 40) : ne pas traiter.
  • Si plus de 35 % de tiges sont atteintes (14 tiges ou plus sur 40) : traiter rapidement, de préférence entre épi 1 cm et 1 nœud.
  • Entre 10 et 35 % de tiges atteintes : la rentabilité du traitement est incertaine car elle dépend du climat postérieur au traitement et de la nuisibilité finale de la maladie ».
Chaque semaine, retrouvez l'essentiel des observations extraites du bulletin de santé du végétal par culture (blé et colza) et par région avec l'écho des plaines

© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous