F. Berson, Soufflet Agriculture « Une moisson 2021 qui restera gravée dans les annales... »

Terre-net Média

Pour François Berson, directeur collecte chez Soufflet Agriculture, « la moisson 2021 restera gravée dans les annales, par ses interruptions dues à la pluie. La semaine du 12 juillet, la météo a bloqué les récoltes partout en France, alors que c'était bien parti ». Il nous livre, en vidéo, les premières tendances de cette campagne.

Cliquez sur le curseur pour lancer la vidéo.

Pour les orges d'hiver et escourgeons, c'est plutôt « une bonne moisson, malgré des écarts importants entre variétés », indique François Berson, directeur collecte chez Soufflet Agriculture dans son premier point de la moisson 2021 réalisé le 22 juillet dernier. « La première benne est arrivée le 14 juin et les 2/3 des surfaces ont été récoltées avant les pluies. »

« Les qualités sont globalement bonnes, les calibrages également à 85 %. Le taux de protéines moyen est de 10,4 %, avec pour environ 20 % de la collecte, des extrêmes aussi bien au-dessus de 11,5 % qu'inférieurs à 9,5 %. Après les pluies, nous avons dû isoler le tiers restant à cause des craintes importantes sur la germination, précise François Berson. Elles se sont dissipées rapidement : on s'est aperçu qu'il y avait, finalement, peu de parcelles vraiment germées et heureusement, on va pouvoir sauver 95 % de ces orges ». 

Des colzas bons à très bons sur la façade Atlantique, plutôt dans la moyenne pour le reste

Du côté des colzas, « récoltés à 70 %, les rendements sont bons à très bons sur la façade Atlantique : environ 45-50 q/ha et plus. Pour les autres régions commerciales, les résultats sont plutôt dans la moyenne, avec une petite pointe de déception : on s'attendait à mieux, ajoute le directeur collecte de Soufflet Agriculture. On a des écarts importants entre les parcelles, à cause notamment d'une météo compliquée (gel, sécheresse...) ». Difficile encore de se prononcer pour le rendement moyen : « environ 35-38 q/ha avec des écarts importants malgré tout ».

Les premières orges de printemps réceptionnées sont celles semées à l'automne. « Elles sont plutôt bonnes, avec un calibrage satisfaisant mais pas exceptionnel, souvent inférieur à 90 %. Par contre, la deuxième partie à venir (seulement à 30 % aujourd'hui) est un peu décevante là-aussi. Les résultats vont de 60 à 80 q/ha, il n'y a pas de rendements très élevés pour le moment. Le calibrage moyen est assez faible : 75 %, avec des écarts aussi importants entre variétés.

Des résultats moyens à bons en blé à ce jour

En ce qui concerne le blé, environ 20 % des parcelles sont récoltées et « pour le moment, les rendements sont moyens à bons. Là aussi, une petite déception. On s'attendait en juin à une très belle récolte mais la pluie a fait des dégâts, avec des parcelles versées et des PS qui sont très variables. La moyenne reste, tout de même, satisfaisante : 76,8 kg/hl, mais en-dessous des 77-78 habituels. Le taux de protéines est correct à 11,6 % et les indices de chute d'Hagberg variables selon les régions. On a eu beaucoup d'inquiétudes avec toute l'eau reçue la semaine du 12 juillet notamment, précise François Berson. Finalement, même si ces temps de chute d'Hagberg (TCH) ont baissé, ils se retrouvent à des niveaux satisfaisants : environ 230-240 s, avec toutefois des écarts entre régions qui peuvent être parfois problématiques ». Le directeur évoque notamment des soucis dans l'est du secteur Soufflet, un peu la Bourgogne, sans doute aussi le Barrois, la Côte d'Or et la Champagne. « Dans ces régions-là, les TCH pourraient être inférieurs à 220 s. Des analyses sont réalisées en permanence depuis quelques jours. On est loin de la fin des récoltes et on espère que ça va s'améliorer. »

Pour les pois, environ la moitié est récoltée avec « des écarts de rendements très importants entre régions, dus à la pluviométrie, aux difficultés de battage... et des pois qui sont bien souvent germés. Les rendements sont plutôt moyens. Donc c'est une culture qui a globalement souffert de la météo des derniers jours.  

Pour conclure, François Berson estime que « cette moisson 2021 n'est pas exceptionnelle, mais reste correcte. Les qualités devraient permettre de nous en sortir, même s'il reste des interrogations en blé sur les volumes à venir ». Il nous donne rendez-vous prochainement pour un point de fin de moisson. 


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous