Témoignages La météo capricieuse complique la moisson 2021 et nourrit les inquiétudes

Terre-net Média

Les pluies et orages ont retardé les récoltes 2021 dans bon nombre de régions. Avec le retour du beau temps (enfin!), la moisson avance bon train cette semaine. Plusieurs agriculteurs et coopératives nous partagent la situation dans leur secteur. Et chez vous ? N'hésitez pas à partager comment se passent vos récoltes dans les commentaires.

Moisson 2021Comment se passe la moisson 2021 dans votre coin ? N'hésitez pas à laisser un commentaire. (©Guillaume Chamouleau/Twitter)

Chez Benoît, agriculteur en Charente, à 25 km au sud d'Angoulême, la moisson 2021 a pris une dizaine de jours de retard, par rapport aux années précédentes. Les récoltes de blé ont repris depuis vendredi dernier. Et c'est « plutôt satisfaisant en blé tendre : 80 q/ha et 76-77 kg/hl de PS. Les pluies ont dégradé la qualité, avec des PS autour de 71-72 chez des voisins », témoigne le propriétaire de la page Facebook Benoît, paysan charentais. Pour sa première récolte de blé dur, par contre, « c'est la catastrophe, avec une parcelle couchée à 60 % et des rendements oscillant entre 30 et 50 q/ha. Et pour le moment, le négociant attend des réponses des acheteurs pour la qualité. On n'a pas de prix annoncé... ».

Concernant le colza, l'agriculteur a réussi à trouver un créneau pour le récolter entre les averses début juillet et le résultat est au rendez-vous : « 50 q/ha ! Mon père n'a jamais vu ça de toute sa carrière », indique Benoît, installé depuis cinq ans. Il pense clôturer les récoltes d'été d'ici vendredi. 

La moisson avance

Dans le secteur de Valfrance, coopérative agricole basée dans l'Oise et la Seine-et-Marne, ce sont les récoltes d'orge d'hiver, qui se terminent et celles de blés démarrent au 20 juillet. « Cela fait un sacré contraste : il y a trois ans, la moisson était déjà complètement terminée à cette date », note Christophe Grison, président de la coopérative. Côté qualité, « c'est plutôt satisfaisant en orge. Il y a plus de questions pour les blés, ce sera sans une campagne avec de petits PS... ».

Pour Julien Baduraux, agriculteur au nord de la Meurthe-et-Moselle, en limite avec la Belgique et le Luxembourg, « la moisson est à peine à 10 % et pour le moment, en stand-by » après les fortes de pluies de la semaine passée. « Entre 90 et 160 mm selon les endroits », indique l'agriculteur. « Tous les champs de céréales à paille sont versés et les parcelles d'orge d'hiver arrivées à surmaturité. Il y avait vraiment du potentiel pourtant ».

Des inquiétudes vis-à-vis de la qualité

Julien Baduraux espère pouvoir reprendre prochainement. « Les sols sont détrempés par contre... Le vrai souci, ça va être la portance des sols, surtout en terres argileuses. Au final, je préfère les années sèches. Ce qu'il faut surtout, c'est réussir l'implantation des cultures ». Depuis son installation en 2004, l'agriculteur a réalisé son 2e meilleur rendement en blé la campagne dernière. 

« Cette année, le contexte désherbage aussi a été compliqué » et l'agriculteur s'inquiète du « risque de dégradation de la qualité : PS, temps de chute d'Hagberg... ». Des problèmes également soulevés par Gilles VK, agriculteur youtubeur du Loiret. Julien Baduraux reste toutefois optimiste : « on aura peut-être de bonnes surprises. Il faut voir aussi en fonction des variétés... ». 

Démarrer la lecture de la vidéo en cliquant sur le curseur. 

Groupe coopératif du nord-est de la France, Cérésia fait également part de ses inquiétudes concernant la qualité des récoltes 2021, dans un point moisson vidéo. « Avant l'épisode pluvieux de la semaine passée, près de la moitié des escourgeons ont pu être récoltés. Les rendements semblent variables, mais légèrement au-dessus de la moyenne quinquennale, soit au-dessus de 80-85 q/ha. Et la qualité est bonne pour le moment, avec 10,5 % de taux de protéines et près de 88 % de calibrage moyen. C'est l'autre moitié à venir, qui nous laisse craindre des problèmes qualitatifs, particulièrement de poids spécifique et de germination, étant donné que localement des pluviométries allant jusqu'à 150 mm ont été relevées », alerte Maxime Thuillier, responsable de la collecte pour Cérésia. 

Démarrer la lecture de la vidéo en cliquant sur le curseur. 

Des problèmes aussi soulevés du côté du pois d'hiver : « les conditions climatiques ont été catastrophiques pour cette culture très sensible à la germination sur pied et des parcelles ne seront pas récoltées. En colza, moins de 3 % des surfaces ont été battues, mais déjà près d'un tiers des volumes attestent de la présence de grains germés. Un travail du grain minutieux sera nécessaire pour remettre aux normes cette espèces ». 

En blé, les premières fauches débutent. « Là aussi, le spectre d'une qualité possiblement dégradée plane sur cette récolte. Les grains germés, le temps de chute d'Hagberg et le poids spécifique sont des critères qui feront l'objet de la plus grande attention, précise Maxime Thuillier. Malgré cela, les épis sont denses au mètre carré et le rendement devrait être au rendez-vous. Quelques centaines de tonnes d'orge de printemps ont été réceptionnées, témoignant d'une qualité correcte : 10 % de taux de protéines moyen et 88 % de calibrage. Il s'agit essentiellement d'orges de printemps semées à l'automne dernier ». 

À suivre donc... On espère que la météo sera plus indulgente pour l'avancée de cette moisson 2021 et on vous souhaite bon courage à tous !
Et n'hésitez pas à nous partager comment se passent les récoltes chez vous, dans les commentaires ci-dessous.

Retrouvez toutes les prévisions météorologiques de vos parcelles en vous connectant sur : Observatoire météo de Terre-net Média


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous