Revue des réseaux
Les reliquats azotés : premier levier d'une fertilisation optimisée

Le reliquat en sortie d'hiver permet d'estimer au plus juste la dose totale prévisionnelle. (©<a href="https://twitter.com/ja45cb" target="_blank">Cédric B. /Twitter</a>)
Le reliquat en sortie d'hiver permet d'estimer au plus juste la dose totale prévisionnelle. (©Cédric B. /Twitter)

« La fertilisation azotée minérale et organique doit venir en complément des fournitures du sol. Pour cela, il est nécessaire de bien évaluer le reliquat en sortie d'hiver (RSH), quantité d’azote minéral disponible en sortie d’hiver, variable chaque année », nous rappelle la chambre d'agriculture de Normandie. 

« Ce dernier va dépendre de nombreux facteurs : reliquat post récolte, minéralisation automnale, couverture végétale, précipitations hivernales...  » Les valeurs obtenues représentent un levier incontournable pour estimer au plus juste la dose totale prévisionnelle.

Une étape d'autant plus importante cette année avec l'envolée des prix des engrais, comme le soulignent Vincent R., Dominique Vrignaud et Cédric B. sur les réseaux sociaux : 

71,7 % des agriculteurs ont recours aux RSH cette campagne

« La plaine est belle, des réductions d'azote devraient être envisagées », estime  Baptiste Duhamel, qui attend le résultat de ses reliquats : 

Selon un sondage publié sur Terre-net entre le 25 janvier et le 1er février (1 560 votants), 71,7 % des agriculteurs indiquent réaliser des prélèvements de terre en sortie d'hiver cette campagne. Une tendance stable, si on compare les résultats au sondage équivalent de 2019 (71 %).  

Inscription à notre newsletter

Soyez le premier à réagir