Sondage 43,7 % des agriculteurs n'ont pas commencé leurs semis de printemps

Terre-net Média

Des conditions climatiques peu clémentes retardent les semis de printemps. Selon un sondage en ligne réalisé sur Terre-net entre le 27 mars et le 3 avril 2018, 43,7 % des agriculteurs n'avaient pas encore commencé, 28,3 % ont pris un peu de retard et 9,3 % ont dû changer de culture. Les agriculteurs dans les temps ou en avance restent minoritaires, respectivement 14,2 % et 4,4 %. Point sur l'avancement des semis.

Parcelle d'orge de printemps D'après le rapport Céré'Obs de FranceAgriMer, 67 % des surfaces prévues en orge de printemps étaient semées au 26 mars 2018, contre 96 % l'année dernière.  (©Terre-net Média) F ortes précipitations, températures douces, inondations puis vagues de froid, ... Une météo "mouvementée" pour ces premiers mois de 2018 ! Dans de nombreuses régions françaises, ces conditions climatiques ont engendré des retards pour les semis de printemps. Les sols saturés en eau et les précipitations à répétition ne sont, en effet, pas favorables aux semis.

Sur les 1 537 votants au sondage en ligne réalisé sur Terre-net entre le 27 mars et le 3 avril 2018, 43,7 % n'avaient pas encore commencé leurs semis de printemps, 28,3 % étaient en retard sans ce que cela ne soit alarmant, 14,2 % étaient dans les temps, 4,4 % en avance et 9,3 % ont décidé de changer de culture sur certaines parcelles.

Dans certaines régions françaises, les conditions climatiques de ces derniers mois ont eu des conséquences aussi sur les cultures d'hiver, dont le colza. À lire >>> Témoignages d'agriculteurs - Pied dans l’eau et pivot gelé, le colza bourguignon pique du nez

Des degrés de retard différents selon les cultures

Parmi les cultures les plus touchées par ce retard, les protéagineux : pois, féverolelupin,... Un semis tardif peut avoir des conséquences négatives sur ces cultures : baisse de rendement, exposition plus forte à la présence d'insectes, etc. En fonction des régions, les dates limites de semis peuvent être dépassées. Terres Inovia précise que ces dates sont « à moduler en fonction de la culture, du type de sol, de la réserve utile et de la possibilité ou non d'irrigation ».

Les semis d'orge de printemps ont également été impactés. D'après le rapport Céré'Obs de FranceAgriMer, 67 % des surfaces prévues en orge de printemps étaient semées au 26 mars 2018, contre 96 % l'année dernière (à la même date). On peut cependant noter une belle évolution comparée à la semaine précédente, 38 % des surfaces prévues semées (au 19 mars 2018).

Un retard considérable aussi pour la betterave. La Confédération générale des planteurs de betteraves donne l'alerte : seulement 7 % des surfaces ont été ensemencées en betterave au 4 avril 2018 contre une moyenne de 50 % réalisée au 22 mars lors des cinq dernières campagnes.

Les dates optimales de semis pour le pois chiche (entre le 15 février et le 15 mars) sont dépassées alors que l'ensemble des semis n'ont pas été réalisés pour le moment selon Terres Inovia. L'institut indique que « le risque de rencontrer des conditions climatiques défavorables à la culture au printemps est, chaque jour, plus important. Il convient donc de se fixer une date butoir maximale de semis au 15 avril. »

Le délai de semis conseillé est atteint pour le lin oléagineux. « Après cette période, on expose la culture à des risques de stress hydrique et/ou thermique à partir de la floraison, qui lui sont préjudiciables » précise Terres Inovia pour la région Sud-Ouest.

Retrouvez le témoignage d'Éric Buysse, céréalier dans l'Aisne qui n'a pas encore pu réaliser ses semis de lin.

Pour le lin à fibre, les premiers semis ont débuté depuis la semaine dernière, notamment pour les Hauts-de-France « dans les terres les plus chaudes (terres sableuses et en bordure de mer) ». Arvalis-Institut du végétal précise dans un communiqué, « qu'il est nécessaire d’attendre un ressuyage sur une profondeur d’environ 40 cm avant d’envisager toute intervention mécanique [...] De plus, il est préférable de s’assurer de l’absence de pluie dans les 48 h après la reprise des terres pour optimiser les conditions de semis », précise l'institut. « Attention aux sur-densités, surtout pour les semis plus tardifs que la normale. Les lins disposent en général de conditions plus favorables pour un développement rapide et sont donc plus sensibles à la verse. »

Concernant le tournesol, pas de retard considérable à ce jour. « Les sols sont trop humides et trop froids pour le moment » selon Terres Inovia. Pour la moitié nord, l'optimum de date de semis se situe entre le 20 mars et le 15 avril et pour la moitié sud, entre le 1er et le 20 avril. Retrouvez toutes les dates limites de semis par région et les conseils de l'institut technique pour une bonne implantation des tournesols.

Même bilan pour la lentille, les dates limites de semis préconisées par l'Anils dans le Grand-Ouest sont jusqu'au 20 avril en plaine et jusqu'au 25 avril en altitude. Plus d'informations sur la culture de la lentille sur le site de Terres Univia.

Les conditions climatiques des jours à venir vont donc être déterminantes pour le bon déroulement de la suite de ces semis.

Quelle météo pour les prochains semis ? Retrouvez toutes les prévisions météorologiques de vos parcelles en vous connectant sur : Observatoire météo de Terre-net Média


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous