[Paroles de lecteurs] Série sur la Pac La baisse des aides Pac ravive l'éternelle guéguerre entre céréaliers/éleveurs

Terre-net Média

Suite et fin de la série Paroles de lecteurs sur la Pac avec cet article de commentaires illustrant les sempiternelles divisions entre céréaliers et éleveurs, doublées d'une opposition entre les zones intermédiaires et défavorisées, entre les secteurs de plaine et de montagne... Certes, il faut revoir la répartition des aides, mais pour plus d'équité, pas pour prendre aux uns et redonner aux autres, ni pour diviser encore davantage les agriculteurs. N'est-il pas temps de dépasser ces querelles stériles et de se battre ensemble pour l'avenir de l'agriculture française ?

paroles de lecteurs gueguerre cerealiers eleveurs« Belle ambiance ! À quelques agris, vous n'arrivez déjà pas à vous entendre... On n'est pas sorti de l'auberge à l'échelle du pays », déplore Tell14. (©Watier-Visuel // Création Terre-net Média) Maxens : « Dans les zones défavorisées, il y a plus de contraintes certes et moins de rendement, mais le prix des terres agricoles n'est pas le même, celui des fermages non plus, et les investissements en intrants, vu que le potentiel de production est moins élevé, sont aussi moins importants. Alors pourquoi les agriculteurs de ces régions seraient-ils davantage soutenus ? Au rythme où ça va, il n'y aura bientôt plus d'aides Pac pour la plaine et tout le monde se battra pour dire que son exploitation se situe dans un secteur défavorisé. »

Nomis : « L'ICHN et les autres MAEC récompensent les agriculteurs qui produisent en respectant les écosystèmes. Ces aides sont les plus défendables auprès de la société. (…) »

Commentaires issus de plusieurs articles sur la Pac, parus sur Terre-net au cours des derniers mois

Maxens : (…) « Depuis de nombreuses années, les réorientations de la politique agricole commune ont toutes été effectuées à sens unique au détriment des céréaliers, et on a vu fleurir de très belle étables dans certaines régions touchant beaucoup de subventions. Certes les sols n'ont pas un énorme potentiel, mais le prix du blé est le même pour tous. Or, les aides Pac ont été créées pour compenser la baisse du prix du blé, pas pour que tous les producteurs gagnent le même revenu de misère quelle que soit leur surface, et que ne produisent que ceux qui veulent. Partout, un hectare donne le même blé et doit donc bénéficier de la même aide. Ou alors, on devient fonctionnaire, avec des montants identiques pour tout le monde, autrement dit un salaire, et on crée de nouveaux kolkhozes. L'idéal : que les produits agricoles soient rémunérés au juste prix, un prix à la tonne, identique pour tous à qualité égale et qui couvre les coûts de production. Dans ce cas, plus besoin d'aide et chacun cultive la surface qu'il a envie de cultiver... À moins que vous vouliez que les exploitants qui font 50 q/ha soient payés le double de ceux qui arrivent à 100 q/ha ? »

Ninie : « Je suis tout à fait d'accord. Les gros bouffent les petits et les campagnes de céréalières deviennent des déserts. Les critères de distribution des aides Pac sont à revoir et profitent à ceux qui n'en ont pas besoin. Dommage ! »

Maxens : « Les céréaliers touchent 20 % des aides pour 25 % des surfaces, rien de choquant. »

« Arrêtons de prendre Les aides de Pierre pour les donner à Paul »

Gibero : « Une prime identique pour chaque hectare à travers toute l'Europe et arrêtons d'en prendre à Pierre pour l'offrir à Paul parce Pierre est en train de disparaître. Les céréaliers en zones intermédiaires à faible potentiel ne souhaitent qu'une chose : qu'on cesse de les ponctionner pour abonder les enveloppes des autres. »

Phil47 : « Cessons de croire que de baisser les aides de certains va augmenter celles des autres. »

Loïc :  « La question n'est pas de piquer à l'un pour donner à l'autre, il faut rééquilibrer les aides pour que cela soit équitable. Je suis un petit céréalier et j'ai 75 €/ha d'aides contre 350 € dans les grandes régions productrices. Ce n'est pas une histoire de jalousie mais d'égalité des chances. Les aides devraient être les mêmes pour tous à l'hectare, quelle que soit la culture, comme en Allemagne. Arrêtez de ramener cela à l'économie. Toutes les productions ont leur importance pour le secteur agricole. »

Steph72 : « Restez avec vos œillères ! Si vous êtes jaloux, cédez votre exploitation céréalière pour une ferme en zone de montagne, ce sont des privilégiés... Il ne faut pas tout mélanger ! Si on compare les aides globales, bien sûr ceux qui reçoivent l'ICHN perçoivent plus mais les aides du 1er pilier de la Pac sont moins élevées. Ces régions ont d'importantes contraintes, rien à voir avec la plaine. »

« On se bagarre entre agris pour quelques euros en moins et des contrôles en plus ! »

The germs : « On en est réduit à des comptes d'apothicaire et on en vient à se bagarrer entre agris pour quelques euros en moins et des contrôles en plus. Qu'on arrête de se se mentir ! Ce n'est pas le système agricole mais la société entière qu'il faut changer !! On réglerait tous les problèmes de l'agriculture (phytosbien-être animal, main-d'oeuvre...) avec des prix multipliés par deux ou par trois. On se convertirait en bio plus facilement avec de vrais prix rémunérateurs pour les produits agricoles et on serait assuré d'être encore là demain. Mais ne rêvons pas : l'agriculture pas chère est le pilier social de la France. Sans elle, pas de vacances pour de beaucoup de gens, pas de télé, ni d'ordi, etc. Malgré les insultes que nous subissons de toute part et la Pac au rabais, nous faisons vivre beaucoup de monde, sauf nous !!! »

PàgraT : « Cela devient une véritable foire d'empoigne, alors que la Pac devrait de nouveau évoluer en 2020 et distendre encore davantage les relations entre les agriculteurs en changeant la répartition des aides. Phil Hogan le fait-il exprès ? Vous savez, diviser pour mieux régner... »

Tell14 : « Belle ambiance ! À quelques agris, vous n'arrivez déjà pas à vous entendre... On n'est pas sorti de l'auberge à l'échelle du pays. L'avantage de refondre la Pac est d'essayer de la remplacer par quelque chose de plus équitable entre agriculteurs. Toutefois, la France était bénéficiaire nette. Si on renationalise les aides Pac, cela risque d'être dramatique. On sait très bien que, dans notre pays, le revenu agricole correspond aux aides dans le meilleur des cas... »

VD : « Les querelles entre éleveurs et céréaliers sont dépassées Dans les deux cas, des prix rémunérateurs seraient la solution pour revaloriser le travail de chacun ! Tu bosses bien, tu gagnes de l'argent. Tu bosses mal, tu en gagnes moins. Pas mal de collègues seraient coulés sans les aides Pac et ce n'est pas valorisant pour celui qui travaille bien, mais qui n'a pas l'historique de DPU qui va bien, ou le p'tit piston de la Commission. Une agriculture qui fonctionne se tire par le haut, pas par le bas ! »


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous