Élections européennes 2019 Pac renationalisée et localisme: le programme agricole du Rassemblement national

Terre-net Média

Le programme agricole du Rassemblement national pour les élections européennes du dimanche 26 mai 2019 tient en deux points clés : une renationalisation de la Pac et le développement du « localisme » agricole via une fiscalité favorable aux circuits courts et pénalisante pour les importations « anti-écologiques ».

Jordan Bardella, tête de liste du Rassemblement national pour les élections européennes du dimanche 26 mai 2019, sur une exploitation agricole en mars dernier.Jordan Bardella, tête de liste du Rassemblement national pour les élections européennes du dimanche 26 mai 2019, sur une exploitation agricole en mars dernier. (©@J_Bardella)

À quelques jours du scrutin des élections européennes, Terre-net.fr analyse un à un les programmes agricoles des principales listes en présence et vous en restitue les points clés.
Se succéderont ainsi tout au long du mois de mai 2019 les programmes agricoles des listes suivantes : 
UDI Les européens, Europe Ecologie Les verts, Rassemblement national, La France insoumise, Les Républicains, PS-Place publique, Renaissance (La république en marche).

À lire >>  [Décryptage] Les enjeux du scrutin européen pour l'agriculture française

Hervé Juvin, économiste spécialiste des questions écologiques et candidat en 5e position sur la liste Rassemblement national, présentait le programme agricole du parti de Marine Le Pen pour les élections européennes, à l’occasion d’une conférence organisée par le SNPAR, le syndicat national de la presse agricole et rurale, mi-avril 2019.

Pour lui, il s’agit au préalable de « sortir de plusieurs mensonges européens ». « Il faut d’abord sortir de la naïveté française et européenne à l’égard des prix mondiaux des produits agricoles. Ces prix mondiaux ne sont fondés que par quelques surplus de production que les Etats exportent. Dans le même temps, tous les pays ont des politiques exigeantes en termes d’aides à leurs agriculteurs et en termes de subventions aux exportations.

Le « libre échange qui bénéficie aux consommateurs » serait l’autre « mensonge européen ». En fait, les consommateurs, en faisant leurs courses avec leur caddie, détruisent leurs propres emplois. C’est particulièrement vrai pour les produits agricoles. Nos rayons sont remplis de produits qu’aucun agriculteur français ne serait autoriser à produire en France. C’est inacceptable. »

Et Hervé Juvin d’énumérer un « premier principe » : « les agriculteurs doivent vivre de leur production ». « Nous ne croyons pas au mythe de la rémunération des services environnementaux, précise-t-il. Le marché intérieur est la clé de tout. Il doit être possible à la France de disposer d’ aides contracycliques, de disposer d’aides réellement proportionnelles à l’activité de chaque exploitation agricole. »

Le Rassemblement national se dit « attaché à un modèle social qui n’exclut pas la grande entreprise agricole mais qui est fondé sur la propriété de l’exploitant ». Cela sous-entend, selon Hervé Juvin, le développement de « dispositifs d’ aides à l’installation des jeunes, de dispositifs pour limiter les intégrations abusives ».

[Vidéo] Hervé Juvin, « spécialiste des questions écologiques », présente le programme agricole du Rassemblement national pour les élections européennes

Ce que contient le volet agricole du programme du Rassemblement national

« Il faut favoriser la relocalisation des activités humaines et privilégier les circuits courts, le localisme, c’est-à-dire la production, la consommation et le retraitement dans un périmètre géographique le plus raisonnable possible. »

  • Stopper la concurrence déloyale et instaurer le « juste-échange »

« L’ accord de libre-échange avec le Canada (Ceta) ou l’accord en cours de négociation avec les pays du Mercosur (marché sud-américain) vont placer nos productions agricoles françaises face à une concurrence déloyale de produits provenant de pays qui n’ont pas du tout les mêmes exigences de qualité et ne respectent pas nos normes sanitaires, sociales et environnementales. »

  • Arrêter la Pac et instaurer une politique agricole française

« Il n’est plus supportable que des commissaires européens décident de la politique agricole de la France. Par la qualité et la diversité de ses productions, la France détient une richesse immense, fruit d’un savoir-faire plurimillénaire, de la transmission de traditions et du sacrifice de nos ancêtres.

Nous devons protéger et valoriser cette exceptionnelle richesse en protégeant la polyculture, les petites et moyennes exploitations agricoles et en définissant nos propres objectifs nationaux afin d’assurer notre autosuffisance alimentaire. Cela nécessite qu’une grande politique agricole française se substitue à l’actuelle Pac. »

Parmi les 79 candidats sur la liste Rassemblement national pour les élections européennes, deux candidats sont en position éligible et pourraient intégrer la commission agriculture au parlement européen :

  • Hervé Juvin, économiste et essayiste, spécialiste des questions écologiques (5e sur la liste)
  • Maxette Pirbakas-Grisoni, agricultrice et présidente de la FDSEA de la Guadeloupe (12e position sur la liste)


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous