L'info marché du jour La météo donne le « la » en blé comme en maïs

Terre-net Média

Si le soleil favorise les semis de printemps en France, il pourrait, s'il perdure, affecter l'état des cultures d'hiver. Côté températures, espérons que la remontée écartera tout nouvel épisode de gel tardif préjudiciable aux parcelles. En Russie, ce risque plane encore sur la production de blé 2021.

semis de maisLes conditions sèches d'avril sont favorables aux semis de printemps en France. (©Terre-net Média)

La météo fait le beau temps et le froid sur les marchés agricoles. En Europe, « des conditions sèches s'installent durablement sur l'ensemble des cultures », pointe Marius Garrigue sur Terre-net. « FranceAgriMer affichait vendredi un crop rating de 85 % de blé "bon à excellent", en repli de 1 point par rapport à la semaine précédente », indique pour sa part Agritel. Contre 58 % l’année passée et 76 % en moyenne quinquennale. En orges d’hiver, le pourcentage de champs dans un état "bon à excellent" s'élève à 81 %, comparé à 83 % la semaine dernière. En orges de printemps, ce chiffre atteint 87 % par rapport aux 88 % mentionnés il y a sept jours. Le manque de pluie est aussi notable au Brésil, complète le cabinet spécialiste des marchés agricoles, sur une partie du Midwest et des plaines nord-américaines, poursuit Marius Garrigue.

Aux USA comme en Russie, ce sont davantage les températures qui sont sources d'inquiétudes. Si aux États-Unis, « la vague de froid est désormais passée » avec un thermomètre « suffisamment élevé pour éviter tout dégât supplémentaire », précise Marius, « le gel et des précipitations neigeuses aurait touché de nombreuses parcelles en Russie à la sortie de l’hiver », dont certaines devront sans doute être réemblavées. Ainsi, Ikar a réduit de 1,5 Mt ses prévisions de production de blé russe pour 2021, à 79,5 Mt. Autant d'éléments qui ont entraîné les cours dans « un rallye haussier » en S-1, jusqu'à leur plus haut niveau depuis 2014 !

Les cours du blé et du maïs au plus haut depuis 7-8 ans !

Pour le maïs en revanche, l'absence de précipitations est favorable à l'avancée des semis en France. « Selon FranceAgriMer, les travaux étaient terminés à 41 % de l’objectif national au 19 avril, contre 50 % un an plus tôt », détaille l'expert du Terre-net. L'Argentine, elle, voit les rendements « s’améliorer sensiblement à mesure que les récoltes avancent, 17 % d'entre elles étant désormais achevées » : le taux de "bons à excellents" est égal à 37 %, soit 2 points de mieux que l’an dernier. 

Quant à la Russie, malgré une progression certaine, « le retard reste significatif par rapport aux années précédentes », met en avant Agritel. 2,4 Mha de céréales de printemps ont été semés au 23 avril 2021, sur un total de 3,5 Mha, d'où un décalage d'une quinzaine de jours installé depuis le début du printemps et qui devrait perdurer jusqu'aux premiers jours de mai, tout comme la fraîcheur. Résultat : depuis huit ans, le cours du maïs n'avait pas tutoyé de tels les sommets !

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les marchés agricoles de Terre-net.fr


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous