Journée mondiale de la Terre « Qu'est-ce qu'un sol vivant et en bonne santé ? »

Terre-net Média

À l'occasion de la journée mondiale de la Terre, le thème de ce 22 avril 2021 est "restaurer la terre". Une mission qui tient particulièrement à cœur aux agriculteurs, depuis de nombreuses années. En effet, la préservation des sols est capitale pour assurer des cultures en bonne santé, maintenir la biodiversité et favoriser le stockage du carbone...

Sol La première étape indispensable pour restaurer la fertilité des sols consiste à réaliser un diagnostic complet.(©Terre-net Média)

Qu'est-ce qu'un sol en bonne santé ? « C’est un sol qui peut à la fois assurer la nutrition des plantes, qui va servir de support pour les cultures, pour la production végétale, mais aussi un sol qui va pouvoir être un support de biodiversité », a répondu Céline Pelosi, agro-écologue spécialisée dans les sols à l’Inrae, lors d'un webinaire organisé par l'Afja le 15 avril dernier. On peut dire qu'un sol est vivant « quand il y a de la verticalité, c'est-à-dire que l'horizon superficiel est relié aux horizons plus profonds », ajoute également Francis Bucaille, agriculteur, co-fondateur de Gaïago et auteur de l’ouvrage Revitaliser les sols aux éditions Dunod.  

Quel est l'état des sols en France ? 

Selon l'expert, « on a des sols égratignés en France », mais cela n'est pas irrémédiable, leur fertilité peut être restaurée en quelques années. « Par rapport à nos voisins européens, je pense qu’en France on est assez précurseur quand il s’agit de problématiques agroenvironnementales », note Bertrand Deloste, ingénieur projet innovations fertilité physique et biologique des sols chez Agro-Transfert. Tous les deux observent un changement de mentalité pour le monde agricole.

« Tout ce qui va être excessif nuit à la santé des sols »

Céline Pelosi souligne également « qu'il ne faut pas sous-estimer la résilience de nos sols ». Concernant l'impact de l'arrêt des produits phytosanitaires, cela peut être plus long : « il y a dans les sols des rémanences de produits phyto d’il y a dix à quinze ans, avec une toxicité plus élevée que ceux utilisés aujourd’hui ». « Je ne dis pas qu'il faut éradiquer tout de suite l'utilisation des produits phyto ou le travail du sol... Mais plutôt que tout ce qui va être excessif nuit à la santé des sols ». Ainsi, pour l'experte, « tout est à raisonner en fonction de son contexte pédo-climatique et agronomique... ».

Première étape : réaliser un diagnostic du sol 

« Pour remettre de la vie dans les sols, il faut à la fois modifier les pratiques et remettre de la ressource pour les organismes du sol », explique Céline Pelosi. Le projet REVers, auquel elle participe, réintroduit notamment des vers de terre dans les sols viticoles.

Mais avant cela, la première étape indispensable pour restaurer la fertilité des sols selon Bertrand Deloste et Francis Bucaille, est de réaliser un diagnostic complet de son sol. « Le projet Sol-D'Phy a notamment permis d'identifier différents outils permettant un diagnostic simple, quant au tassement des sols et à l'activité biologique », indique Bertand Deloste. 

En fonction de ce diagnostic, on pourra ensuite « jouer sur la verticalité, rétablir les équilibres minéraux et introduire les couverts végétaux, etc. », précise Francis Bucaille.

Retrouvez l'intégralité de ce webinaire organisé par l'Afja : Santé des sols - Etat des lieux et pistes d'action (cliquez sur le curseur pour lancer la vidéo)


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous