L'actu de Terres Inovia Un final (très) humide pour le colza dans certains secteurs

Terre-net Média

En lien avec l’humidité ambiante, l’état visuel des siliques de colza peut interroger dans certains secteurs : brunissement, noircissement. Terres Inovia fait le point sur la situation en Normandie et en Ile-de-France notamment

ColzaRetrouvez aussi les six règles à respecter avant d'envisager la récolte du colza. (©Terre-net Média)

Le mois de mai frais et humide avait permis au colza de prolonger nettement sa floraison et corriger une situation marquée jusque-là par des à-coups météo et sanitaires. Un passage anticyclonique début/mi-juin a laissé place à un temps instable, orageux avec de fortes quantités d’eau cumulées depuis le 16 juin dans les régions Normandie et Ile-de-France par exemple. Les valeurs de cumul fluctuent de 26 à 156 mm pour les 15 derniers jours de juin très régulièrement pluvieux (fourchette moyenne = 70 à 90 mm). En tendance, c’est trois fois plus que la normale saisonnière.

Un état sanitaire des siliques qui se dégrade… des champignons saprophytes en première ligne

Liées au temps très humide, des brunissements/noircissements des siliques du colza posent question. Le plus souvent, ces symptômes de tâches sombres sont à mettre sur le compte de moisissures ou pourritures dues à des champignons saprophytes (type cladosporium, botrytis). Ceux-ci se développent en parasite sur des siliques sénescentes et/ou lésées par un évènement antérieur. Des facteurs aggravants existent :

  • Après des ouvertures +/- partielles des siliques suite à des contraintes particulières. Ex : coups de vent, orage, grêle (photo 1), coups de bec, larves de cécidomyies (photo 2), etc.
  • Si présence préalable de trous provoqués par les charançons des siliques (photo 3) : trous de ponte ou d’alimentation, mais aussi trous de sortie des larves ou parasitoïdes ;
  • En sol superficiels, les colzas « virent » au brun-gris plus rapidement, cela peut exacerber l’impression d’un état dégradé, en comparaison à un colza bien plus vert en sol profond.

Symptômes sur siliques de colza(©Terres Inovia)

Des hampes entièrement noircies révèlent quant à elles un échaudage plus précoce (sclérotinia ou pb d’enracinement par exemple).

Présence possible de pathogènes en toute fin de cycle

L’alternance de chaleur et pluies a pu faire se développer sur siliques et tiges de l’alternaria brassicae. Les symptômes peuvent être typiques (taches noires circulaires) mais parfois aussi atypiques amenant son lot de confusions (avec mycosphaerella notamment, voire des champignons saprophytes, photo 4). Des apparitions aussi tardives d’alternaria affectent normalement peu le colza.

Pour la cylindrosporiose sur siliques, il faut se fier à la courbure des siliques et à son dessèchement prématuré. Les pédoncules s’entourent souvent de tâches blanchâtres. Dans le cas d’attaques importantes, les hampes présentent des manques de siliques, ces dernières ayant chuté par nécrose des pédoncules.

Symptômes sur siliques de colza(©Terres Inovia)

Il est très probable aussi qu’un complexe entre agent(s) pathogène(s) et saprophytes se présente en parcelle. Dans tous les cas, face à ces symptômes, il n’y a rien à envisager de particulier. Dans les prochaines semaines, il faudra surtout s’assurer de de la bonne maturité du colza (siliques et pailles) avant d’envisager les récoltes qui arriveront tard cette année. Au prix actuel du colza, les derniers quintaux compteront. 


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous