Paroles de lecteurs La guerre de l'eau s'est aussi déclarée dans les commentaires

Terre-net Média

Pourquoi les agriculteurs n'auraient-ils pas le droit de stocker l'eau quand elle tombe en excès pour l'utiliser lorsqu'elle manque ? Telle est la question que se posent de nombreux lecteurs de Terre-net, d'autant qu'à l'échelle planétaire, « l'or bleu risque de se substituer à l'or noir ».

paroles de lecteurs stockage de l eau « Une partie de la société n'a pas compris que les plantes ont besoin d'eau ! », s'exclame Laurent Lheure. (©Watier-Visuel // Création Terre-net Média)

Debout : « Que voulez-vous ? C'est un vrai constat ! Rien n'est fait pour relancer l'agriculture française. Une politique "catastrophissime"... l'interdiction de créer des retenues pour stocker l'eau n'en est malheureusement qu'un exemple criant ! »

Francis Cousin via Linkedin : « Constituer des réserves pour maîtriser des excès d'eau à certaines périodes de l'année, qui sont perdus sinon voire néfastes, restent à certains endroits et sous certains cahiers des charges une solution pertinente à tous points de vue : agricole ou environnemental, sur du long terme qui plus est. »

Extraits des commentaires de l'article : Irrigation − Après la sécheresse, la guerre de l'eau

On empêche les agriculteurs de gérer les excès comme le manque d'eau

Laurent Lheure : « En France, on laisse partir l'eau à la mer comme des imbéciles. Or l'eau est le sang de la terre. Ne dit-on pas que les petits ruisseaux font de grandes rivières ? On a l'impression qu'une partie de la société n'a pas compris que les plantes ont besoin d'eau. Encore une fois, l'agriculteur est montré du doigt avec un mépris de plus en plus palpable. »

Patrice Brachet : « Sans eau, pas de vie. Si l'excès du printemps avait pu être stocké, quel bonheur non ? »

Noël Magnin via Linkedin : « La situation va rapidement être tendue dans le monde entier vis-à-vis de l'eau. L'or bleu va se substituer à l'or noir. »

Et si on faisait un peu d'agribashing...

Jean-luc  : « Je suis agriculteur mais je suis contre ces bassines qui nous vident les cours d'eau en été. Avant de changer le paysage, vous feriez mieux d'adapter les cultures, replanter des haies, arrêter le labour et vous verrez, tout ira mieux. Ayez un peu de bon sens et arrêtez de foncer la tête dans le guidon sans regarder ce qui se passe autour. On ne peut plus continuer comme nous l'avons fait pendant ces 50 dernières années. L'agriculture en Vendée pompe 80 % des besoins en eau du département. À tel point que de l'eau potable est puisée dans la Loire pour alimenter le nord du territoire. Arrêtons le délire, il faut changer les pratiques agricoles. Les personnes, qui veulent s'informer sur la réalité de ces "bassines", peuvent regarder le documentaire "Pour quelques grains d'or..." sur vimeo.com/141515430. »

Et "d'anti-agribashing" : merci the germs !

The germs : « Comme beaucoup de personnes, vous mélangez tout pour fabriquer vos arguments. Je ne connais pas les problématiques de la Vendée, mais je suis sûr que les 80 % d'eau "consommés" par l'agriculture ne sont pas potables. Donc la problématique que vous soulevez concernant l'eau potable n'est pas juste. Par ailleurs, le pourcentage que vous donnez est totalement théorique. La moindre plante consomme de l'eau donc, même sans agriculture, la "nature" consomme de l'eau. La forêt est aussi une grande consommatrice d'eau. Ce chiffre est totalement arbitraire... De plus, n'importe quel jardinier du dimanche peut stocker de l'eau de pluie pour pouvoir arroser. Alors pourquoi pas les agriculteurs ???? Bravo si vous ne consommez pas une seule goutte d'eau pour vos cultures. Moi, même avec de petites parcelles, sans eau, rien en pousse. On ne vit sans doute pas dans le même monde... »

Parler de l'urbanisation et de l'artificialisation des sols, pas seulement de l'agriculture !

The germs : « Petit rappel, car beaucoup de chiffres circulent et sont bien souvent mélangés. En France, on ne consomme que 1 % de l'eau qui tombe chaque année. Sur ces 1 %, l'agriculture en utiliserait la majorité. Je mets au conditionnel, car la plupart des calculs sont totalement théoriques et les affectations des différentes consommations arbitraires. Pour faire simple, les "scientifiques" ne savent pas combien de litres servent à l'agriculture. Ils peuvent, au mieux, donner une fourchette qui va du simple au double... Un peu comme pour les émissions de CO2... L'agriculture est accusée de tous les maux, mais plusieurs études ont montré que l'eau coule plus vite en raison du bétonnage et de l'artificialisation des sols. Elle ne peut plus s'infiltrer dans la terre et s'évacue directement vers la mer. De fait, il n'y a plus de stockage naturel dans les nappes phréatiques... Mais, comme d'habitude, il est plus facile pour les associations (qui sont en fait des entreprises gérant des millions d'euros de budget) de stigmatiser une partie de la population que de s'attaquer aux réelles cause du problème. »

Voir la carte de l'état des nappes phréatiques en FrancePrès de la moitié des nappes affiche un niveau modérément bas à très bas

En même temps, on construit des piscines, irrigue des terrains de golf...

The germs : « Et pendant ce temps-là, des milliers de piscines sont construites avec, pour unique but, le loisir, ce qui ne pose aucun problème à personne... »

Maxens : « L'irrigation des terrains de golf ne pose pas plus de soucis !!! »

Et inonde des champs pour épargner les villes

Bob : « L'été, les paysans sont privés d'eau et l'hiver, l'État préfère inonder les champs pour épargner les villes ! C'est une honte !! De qui se moque-t-on ? Ce jeu de dupe va-t-il durer encore longtemps ? Les exploitants agricoles représentent-ils une sous-catégorie sociale pour être ainsi méprisés en permanence ? Ras-le-bol de ces réglementations qui bafouent nos droits élémentaires de citoyens ! La devise de la France n'est-elle pas "Liberté, égalité, fraternité" ? Liberté d'arroser avec de l'eau qui va être perdue, égalité dans les règles, lois et interdictions, fraternité entre tous les français, peu importe leur métier. Ça suffit !! Il faudrait une grosse famine mondiale pour que le travail des agriculteurs soit enfin reconnu ! »

Une touche de philosophie pour finir

Jacques-Henri Lescouet via Linkedin : « Le court-termisme est dénoncé tout autant par des philosophes comme Bernard Stiegler ou des milliardaires comme Warren Buffet, que par des dirigeants d’entreprise qui ne veulent plus se fier aux analystes, qui les obligent à prendre des décisions erratiques pénalisant l’embauche et l’investissement pour afficher des résultats trimestriels conformes aux attentes du marché. Le court-termisme n’est pas seulement un ennemi de l’économie réelle, c'est devenu l’unique compas d’alignement pour les décideurs. Associé aux divers conflits d’intérêt, il précipite irrémédiablement notre civilisation vers son effondrement. » Extrait du projet Breizh-coin https://breizh-coin.bzh/. »


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous